Sherlocked

En  tant que fan comme en tant que cinéphile, ça faisait un moment que je me disais qu’il fallait que je tente les conventions.

La Convention, ce monde mystérieux où les fans de tous poils se retrouvent pour échanger, sans distinction de couleur, d’origine ou de religion, et en apprendre toujours plus sur leur série/film/acteur (rayez la mention inutile) favori.

Connaissant la différence que je fais d’emblée entre fan et groupie (le/la groupie étant celle/celui dont le hurlement dépasse le suraigu pour vous faire saigner les oreilles, dont la culotte s’envole devant l’objet d’adoration et qui peut avoir un comportement potentiellement inapproprié)  vous comprendrez que cet univers me laissait circonspecte. Il n’y a pas un videur de débiles à l’entrée.

J’ai fini par faire le grand saut cette année. Sherlocked me tendait les bras.

Oui alors pour ceux qui vont bramer  » Oh non pitié ! Encore Sherlock », sachez que :

  1. Vu ma passion pour Sherlock  et Doctor Who il était quand même peu probable que je fasse une Convention Buffy contre les Vampires !
  2.  Londres c’est quand même moins loin que San Diego. Mais s’il vous voulez me payer le Comic Con de l’an prochain, je vous en prie, laissez vos coordonnées bancaires en commentaires. 

Je ne vais pas vous mentir. Je me sentais comme le jour de la première rentrée des classes au lycée. Déjà le ExCel center c’est gigantesque. Mais quand en entrant tu tombes sur ça….

DSCN1048

Tu te sens un peu dépassée et tu as un étrange chatouillement dans le ventre, entre l’excitation et le stress… Un bus ? Pétard ils ont mis un bus dans le hall… 

Mais peu à peu, j’ai eu l’étrange impression d’être en terrain connu.De ci, de là fleurissaient  des Sherlock de tous poils, en drap, en manteau. De temps à autre une Irène Adler faisait tourner les têtes. Une Molly Hooper traversant le hall déclenchait des sourires. Et un Mycroft très réussi soulevait des murmures approbateurs ou des applaudissements.

Le fan est un élément sociable. Parez le d’un badge et il n’hésitera pas à aller vers sa tribu. J’ai croisé et rencontré des tas de gens adorables. Des gens à qui on pouvait dire je suis fan de Sherlock (Barrez et remplacez par votre série de prédilection) sans avoir droit au petit regard de commisération mode Elle est mignonne… suivi dans ce contexte du Ah Benedict Cumberbatch ! faussement complice.

Soyons bien clairs sur ce point : Je n’y suis pas allée pour voir Benedict. J’aurais pu me payer son talk. Mais j’avais d’autres priorités. Et très franchement, ça ne m’a pas manquée. J’ai vu une petite tête passer, noyée entre six gardes du corps au milieu de la foule. Ça m’a fait sourire. Ce qui n’enlève absolument rien à son talent, au fait que je trouve que c’est un acteur merveilleux et fort probablement quelqu’un de très gentil.

Non moi j’ai cru avoir une attaque en apercevant Arwel Wyn Jones le set designer, direct en entrant. Pourtant du casting au fans, tout le monde est d’accord pour dire qu’il s’agit du plus adorable de l’équipe.

En fait je crois que je n’ai jamais été aussi heureuse d’avoir mon billet que lorsque j’ai su que lui, Sarah Arhur (créatrice des costumes), Danny Hargreaves (special effect supervisor) et Claire Pritchard-Jones (créatrice maquillage/coiffure) allaient être présents.

Comme dirait mon copain Yann : T’as payé ce prix-là pour aller voir le mec qui fait le papier peint ?!

Il a eu un BAFTA pour son  » papier peint ». Hérétique !

Oui j’ai fait ça et alors ?

C’est pour eux que je venais.

Arwel Wyn Jones. Set designer sur Sherlock & Doctor Who. Crédits photo Cumberbatchweb
Arwel Wyn Jones. Set designer sur Sherlock & Doctor Who. Crédits photo Cumberbatchweb
Naomi de Cumberbatchweb et Claire Pritchard-Jones.
Naomi de Cumberbatchweb et Claire Pritchard-Jones à droite. Création maquillage/coiffure. Sherlock et Doctor Who
Sarah Arthur( création costumes) au centre, durant son talk avec l'équipe du site Sherlockology
Sarah Arthur( création costumes) au centre, durant son talk avec l’équipe du site Sherlockology
Danny Hargreaves (special effect supervisor) à gauche. Sherlock et Doctor Who
Danny Hargreaves à gauche. Special effect supervisor Sherlock et Doctor Who

Pour qu’ils me parlent de leur métier.

Pour qu’ils me racontent tout ce que je ne pouvais pas voir de Sherlock.

Eux qui font l’envers du décor.

Eux et les deux psychopathes géniaux qui tirent les ficelles.

Our professional fanboys comme les appelle mon amie Susana.

Mark Gatiss et Steven Moffat.

DSCN1161

Je ne vais pas vous jouer du violon. Je ne suis pas Sherlock . J’étais aussi contente de voir le reste du casting.

Qui pourrait résister au charme de Louise Brealey ? Au sourire d‘Una Stubbs ? A la lumineuse Lara Pulver ?

Una Stubbs, Lara Pulver, Louise Brealey
Una Stubbs, Lara Pulver, Louise Brealey

Aux hilarants duos Mark Gatiss/ Andrew Scott, Steven Moffat/ Sue Vertu ? A la douceur de Lars Mikkelsen ? A l’enthousiasme de Ruppert Grave ?

Non sérieusement je suis une sceptique/méfiante de nature mais pas un monstre.

Franchement c’était un vrai cadeau de sentir leur complicité, de les voir si affables, souriants, drôles, investis avec sincérité d’une volonté de partage.

J’ai appréhendé de trouver une équipe différente de celle que j’imaginais. C’était une erreur. Je l’ai déjà dit mais leur travail sur ce show reflète ce qu’ils sont. Des professionnels passionnés en quête d’excellence.

Je ne vous détaillerais pas combien ça a pu être intense, épuisant, intéressant.

Que je me suis abstenue de manger, d’aller aux toilettes, de respirer pour ne rien manquer.

Que j’ai raté lamentablement ma photo avec Mark Gatiss parce que c’était les dernières minutes de la Convention et que j’avais envie de pleurer. Comme une gamine.

Du coup on dirait que j’ai fait un portait de famille, en mode crispée, avec mon oncle pervers. Une catastrophe.

Que je me suis gavée de leurs paroles autant que cela m’était possible. A tous. Fans et professionnels.

Parce que pour la première fois depuis longtemps, il y avait des gens qui parlaient le même langage que moi.

Les Conventions sont un lieu insolite. Une bulle de sociabilité hors du quotidien, où vous pouvez échanger avec n’importe qui, par la seule grâce de votre intérêt commun. Elles concrétisent les liens qui ont pu se créer sur les réseaux sociaux ou via les forums.

C’est quelque chose d’inexplicable. Comme si un lien invisible vous liait d’un coup aux 3000 ou 7000 personnes présentes. Les gens se parlent spontanément sans même se connaître. Et plus personne ne craint le ridicule, parce qu’à ce moment, peut-être juste pour ce moment, les gens assument ce qu’ils sont. Parce qu’ils se voient en tant que part de quelque chose de plus grand. En tant que fan simplement. Sans aucun scrupule de l’être.

Je tiens à remercier tous ceux qui sont derrière les sites de fans (Les vrais. Pas en mode gossip qui pleurent pendant 3 jours sur le mariage de machin) qui ont mené certains talks et qui ont partagé leurs photos et leur expérience sur les réseaux sociaux: Sherlockology, Cumberbatchweb, les Baker Street Babes, Sherlock France.

Ce sont eux qui tendent à défendre la véritable image de ce que sont un fan et un fandom par leur dévouement et leur sérieux.

Et également toute l’équipe derrière Sherlocked qui a permis le bon déroulement de cet événement par une organisation méticuleuse. J’ai été impressionnée par leur énergie, leur amabilité.

Pour ceux que ça intéresse, Sherlockology met actuellement en ligne les transcriptions des principaux talks. Je vous conseille en particulier celui avec Andrew Scott et Mark Gatiss. Il est des plus savoureux.

On ne devrait jamais goûter aux conventions.

C’est trop difficile d’en oublier la saveur…

Crédits photo Cumberbatchweb
Crédits photo Cumberbatchweb

Il parait que Sherlocked revient en 2016… The Game is on…