L’Evadée.

Résumé.

51x1fflsglEditions Amazon Crossing.  Parution : janvier 2016

Prix broché : 9.99€  Disponible en abonnement Kindle.

Disponible sur Amazon

Il y exactement quinze mois la vie de Zoé Sutton a basculé. Célébrant son diplôme sur la route de Vegas avec son amie Holli, elles sont tombées entre les mains d’un tueur en série. Zoé seule est parvenue à s’évader, forcée d’abandonner Holli au pire. Depuis elle survit avec ce fardeau, à la lisière d’une vie normale. Les études, les amis, la famille, elle a tout abandonné, tout écarté, comme pour devenir invisible… Jusqu’au jour où une autre femme est assassinée avec le même mode opératoire. La manière, les marques, Zoé ne peut pas s’y tromper : le tueur a refait surface dans sa ville.

Désormais, il va falloir faire face au passé, remonter le temps pour aller chercher les souvenirs de ce qui s’est vraiment passé cette nuit-là. Mais en collaborant avec la police, Zoé sort de l’ombre et se place dans la ligne de mire de l’assassin. Elle est l’erreur à corriger dans sa liste. Elle est l’évadée.

Mon avis.

Et voici une nouvelle lecture commune avec Isa La Rousseplacée sous le signe d’un partenariat Amazon Crossing

Une lecture qui laisse un sentiment mitigé. Le scénario qui constitue le canevas de départ est excellent : partir du point de vue non pas d’une victime, d’un enquêteur ou d’un tueur mais d’une rescapée, examiner l’impact psychologique que cela a eu sur sa vie entière, son comportement. Plonger dans ce règlement de compte entre une survivante et son bourreau. Voilà un postulat qui était prometteur et alléchant. Et ne vous y trompez pas, l’intrigue tient bel et bien ses promesses. Le suspens et la tension sont maintenus jusqu’au bout avec force retournements de situations, de sorte qu’on a envie de poursuivre sa lecture jusqu’au bout.

Seulement voilà, il y a comme une irrégularité dans le style et dans le rythme qui entrave la lecture. Simon Wood alterne d’excellents moments d’action puissants et bien rythmés avec des passages très lents, pas toujours utiles, qui donnent un côté parfois laborieux à l’ensemble.  A bien y réfléchir, j’en suis venue à l’hypothèse que c’était là une stratégie de l’auteur pour exploiter pleinement l’aspect psychologique de son histoire et maintenir une certaine tension par des cassures de rythme. Il est probable aussi que la traduction ait quelque peu brisé cet effet. Le fait est que le rendu est un peu déconcertant, ce qui ne fait que souligner les rares incohérences de l’intrigue.

Un bémol regrettable car l’intrigue est malgré tout palpitante et il ne faudrait pas grand-chose pour que ce roman passe d’une lecture mitigée à un excellent thriller. Par curiosité, afin de confirmer ou d’infirmer mon ressenti et mes hypothèses, j’essaierais de lire un autre ouvrage de Simon Wood. En attendant L’Évadée est une lecture intéressante, qui ne manque pas de piquant, en dépit de ses défauts, et a le mérite de faire découvrir l’auteur.

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s