Have you met the special effect supervisor ?

Si vous êtes novice, je sais de suite, quel type d’images cette question va susciter dans votre esprit : les grandes scènes de batailles épiques  du Seigneur des Anneaux, l’animation de Smaug le dragon… Taratata, il y a confusion. Mais rassurez-vous, c’est bien naturel et fût un temps où moi aussi je faisais la même erreur et d’ailleurs la raison de ce Have You Met.

Pour illustrer concrètement mon propos, je vous proposerais en exemple les réalisations de Danny HargreavesSpecial Effects Supervisor sur Sherlock, Doctor Who, Peaky Blinders, pour ne citer que ceux qui vous parleront le plus. En plus d’être un Special Effect Supervisor reconnu et salué par de multiples récompenses (Emmy et BAFTA), c’est un professionnel passionné qui aime à partager son métier.

Pour en savoir plus, retrouvez son fil Twitter ou tout simplement découvrez ses réalisations via le site Real SFX.

Visual effects and Special effects.

C’est la distinction primordiale qui va tout éclairer à vos yeux. Ce qu’évoque de façon générale le terme effets spéciaux dans nos esprits, c’est toute l’animation numérique créée autour d’une scène en post-production, autrement les effets visuels. Ne soyez pas perplexes, la distinction est simple en réalité :

  • Les effets visuels (Visuals effects) désignent le plus souvent les effets créés par l’imagerie numérique et réalisés en studio et le plus souvent en post-production, c’est-à-dire après le tournage des scènes sur fond vert ou la motion capture (*).
  • Les effets spéciaux (Special Effects) sont les effets réalisés pendant le tournage proprement dit, en plateau, et dans le décor : explosions, tir, effondrements etc. Ils pourront être complétés ou accentués grâce à des effets visuels en post-production.

Supervisor. Special effect supervisor.

Comme vous maîtrisez la science de la déduction comme personne, vous l’aurez compris, le Special Effects Supervisor est donc celui qui va superviser l’équipe des effets spéciaux.

Mais concrètement cela veut dire quoi ?

Innovation.

Un Special Effects Supervisor c’est un peu le MacGyver de l’équipe. Si vous pensiez qu’il n’y avait pas plus épatant que de construire un micro-explosif avec un couteau suisse, un chewing-gum et une canette de Coca, c’est que vous ne vous êtes jamais penché sur le travail de ces Doctor Who de la technique. Sans tournevis sonique, ce sont pourtant des faiseurs de miracles.

En plus d’assurer la météo sur le set (produire la pluie, le brouillard, la neige), l’ambiance (explosions diverses, basculement de pièce, effondrements, incendies, tirs, détachements de membres et saignements en tous genres) ou la machinerie (Dalek, Cybermen) il doit aussi être en mesure de proposer des solutions innovantes, des engins capables aux  critères ou effets décrits dans le scénario.

Ses défis quotidiens ? Faire tanguer un bateau, jaillir une chute d’eau, contrôler un jet de sang, faire voler une voiture, un vaisseau spatial ou même : le Père Noël  !

Son objectif ? Que ce soit le plus réaliste possible quel que soit le contexte et rester la main invisible.

Détruire des décors est son passe-temps, à condition bien entendu de ne pas se louper… Et construire des machineries improbables ou jouer avec les allumettes pour parvenir à ses fins, c’est son travail de bureau.

Pour découvrir les multiples talents d’un Special Effects Supervisor et de son équipe, je vous invite à consulter les multiples vidéos de la rubrique Special Effects de Real SFX. Vous allez être éblouis, parole de dragon !

Sécurité

Une des principales préoccupation du Special Effects Supervisor c’est la sécurité. Celle des acteurs et de l’équipe de tournage bien entendu, mais également de son équipe. De ce fait, chaque effet doit être méticuleusement programmé. D’une part pour ne pas risquer de louper la prise et d’autre part pour que personne ne soit blessé. Notamment lorsqu’il s’agit d’effets incluant des explosions ou des flammes. Comme dans les exemples présentés dans les tweets ci-dessous :

Inventivité, minutie et précision sont donc ses maîtres mots. Pour cela, le Special Effects Supervisor travaille en étroite collaboration avec le réalisateur, bien entendu, mais aussi le Set Designer (qui y voit donc souvent une partie de son oeuvre ruinée pour le bien commun. Métier ingrat), le coordinateur des cascades, les doublures pour les cascades et bien entendu le Visual Effects Supervisor.  A ses différentes missions, il doit ajouter la gestion du budget et du planning de ses équipes, les réunions de pré-productions pour planifier le tournage (équipements requis, prises de vues), sans compter les lois et normes en vigueur sur l’utilisation des différents équipements qui peuvent varier selon les pays. Autant dire qu’il doit avoir un cerveau de plus que moi et se tenir régulièrement au courant des évolutions dans son métier.

Le Special Effects Supervisor et son équipe sont des gars vraiment renversants qui doivent déployer de multiples talents sur un plateau de tournage. Chimistes, mécanos, artificiers, ingénieurs et un peu pompiers aussi, ils font partie de ces fourmis industrieuses indispensables sur une production mais que le grand public connaît peu.

Pourtant ce sont de véritables magiciens techniques veillant au moindre détail, à la moindre étincelle, bris de glace, tir de balle, flammèche. Un métier de passionnés qui demande un savoir faire hors du commun (électricité, mécanique, physique chimie, mathématiques avancées, manipulation d’explosifs, etc), un grand sens de l’anticipation, beaucoup de précision et une grosse dose de sang froid. Ce n’était donc que justice de mettre un peu en lumière ces techniciens de l’ombre pour saluer leur travail.

En savoir plus.

(*) Motion Capture : technique permettant à l’aide de multiples capteurs placés sur un objet,  ou un être vivant de capter le plus fidèlement possible ses mouvements, gestuelles et expressions faciales, afin de les restituer via un avatar numérique. L’un des exemples les plus connus de motion capture est le personnage de Gollum dans le Seigneur des Anneaux, incarné par l’acteur Andy Serkis via ce procédé.