Cinq (petits) conseils pour bloguer utile.

Lorsque j’ai commencé ce blog, je l’ai fait sans arrière-pensée. Comme beaucoup d’entre vous, j’écrivais plus pour moi qu’autre chose. Puis, rapidement, il m’est apparu qu’écrire était beaucoup plus amusant en étant lu. Plus contraignant aussi, certes. Mais plus intéressant surtout.
Peu à peu, j’ai discerné quelques règles implicites du blogging qui sont devenues mon cadre et dont je vous fais part ici, à toute fin utile.

1. S’intéresser à l’autre tu devras.

Même si on écrit pour soi ou sur des sujets qui nous intéressent, le blogging reste une interaction sociale par essence, même pour les plus sociopathes d’entre nous. Tout article, tout chronique a vocation à être lu. Même par un cercle intime ou restreint. Sinon cela s’appelle un journal intime… ou un compte MySpace.

De fait, tenir un blog nous oblige d’une certaine façon à s’intéresser doublement à l’autre.  Pourquoi doublement ? Explication ci-dessous.

Connaitre son lecteur

Connaître son lectorat est un point essentiel. Savoir à quoi il réagit, ce qui l’intéresse, pourquoi il est arrivé là, permet :

  1. De le fidéliser en entretenant une relation privilégiée avec lui. C’est toujours agréable de se sentir entouré et de pouvoir échanger.
  2. D’avoir une ligne éditoriale et une image cohérentes : je sais ce que j’offre et ce que mes lecteurs recherchent.
  3. De travailler son style. Se savoir lu pousse à se dépasser, à faire toujours mieux. On fait plus attention et on approfondit ses sujets. Ne cherchez pas, c’est inconscient et c’est humain, d’une façon ou d’une autre, on se soucie de ce que l’autre pense de nous.

Collaborer

Je ne le dirais jamais assez : la blogosphère, en dépit de ses imperfections, est un espace collaboratif. On ne peut pas faire avancer son blog, être visible et être lu sans faire attention à ce qui se passe à côté. Et si vous en doutez, sachez que votre référencement (donc vos lecteurs potentiels) dépendent aussi du nombre de liens qui pointent vers votre site. Ceci étant dit pour les plus pragmatiques d’entre vous.

Attention ! Il ne s’agit pas d’aller copier sur le voisin. Ce qui n’aurait absolument aucun intérêt. D’ailleurs je signale à toute fin utile que les contenus dupliqués ne sont pas valorisés par les moteurs de recherche. Donc oubliez le copié-collé ou le reblog intéressé.

Il s’agit plutôt d’instaurer une forme de collaboration saine et réciproque : participer à des rendez-vous, proposer des lectures communes, organiser de petits événements conjoints.

Se soutenir plutôt que se concurrencer en somme. La collaboration donnant des résultats bien plus profitables pour tous. Et une bien meilleure ambiance, ce qui n’est pas négligeable !
Avoir une communauté unie et soudée autour du vous est un excellent baromètre de la santé de votre blog, une vraie motivation, et un excellent miroir. Sollicitez-les sur vos idées, vos changements. Ce sont vos bêta-testeurs.

De toute façon, aucun blog ne se construit seul. Soyons francs. Et vos premiers lecteurs seront des blogueurs. Alors intéressez-vous à eux.

Par ailleurs, garder l’esprit ouvert, s’intéresser à des sujets différents, voir ce qui se fait et rencontrer des gens, c’est bon pour la santé du melon.

Résultat de recherche d'images pour "gif arthur kaamelott"
source

2. L’actualité tu suivras.

Un point qui va de pair, en toute logique avec le précédent. Gardons l’esprit ouvert et curieux, que diable !

Quel que soit votre sujet de prédilection, fusse les scoubidous ou l’histoire de la petite culotte, garder un oeil sur l’actualité est indispensable. De façon basique, vos lecteurs attendent que vous leur fournissiez un service. Ce service c’est de l’information.Sous forme humoristique, sérieuse, analytique, que sais-je. L’essentiel étant que plus elle est fraîche, mieux c’est. Comme le poisson.

Résultat de recherche d'images pour "gif Astérix et le domaine des Dieux"
Attention info ! Source

Vous me direz avec raison que vous ne travaillez pas pour l’AFP et que vous n’avez pas forcément d’exclusivité ou de gros partenariats pour aller dénicher des informations premier choix. C’est vrai, alors sachez-vous différencier dans le traitement que vous en ferez. Apportez des précisions, synthétisez différentes sources pour être le plus complet possible, analysez, trouvez LE mode de traitement qui vous différenciera des autres.

Et surtout :

Vérifiez vos informations !

Résultat de recherche d'images pour "Check your news gif"
source

Et si vous êtes planté, faites un rectificatif. Personne ne vous en voudra.

Ceci dit, suivre l’information ne vous oblige pas à vous « compromettre » en traitant toutes les informations. Par exemple, si vous chroniquez des livres, rien ne vous oblige à vous farcir le dernier Goncourt, s’il ne vous inspire pas.
L’honnêteté c’est une clef. Lorsque vous commencez à être artificiel, cela se ressent. Ce qui nous emmène au point suivant.

3. Ta personnalité tu garderas.

Ce qui fait qu’un lecteur est fidèle, c’est votre style. Ce qui se dégage de vous à travers votre écriture. Le style ça se travaille, c’est un fait. Plus vous écrirez, plus vous allez l’améliorer. Car l’écriture c’est comme la gymnastique : plus tu travailles, plus tu maîtrises.

Travailler son style c’est évoluer et non se trahir. Si vous ne vous reconnaissez plus dans ce que vous écrivez, même si vos statistiques sont bonnes, il y a un problème. Cela ne pourra pas durer. Soit vous allez vous écœurer vous-même d’écrire. Soit vos lecteurs vont percevoir le changement et se lasser. Ne devenez pas une caricature de vous-même.

Restez intègre et honnête. Ne vous changez pas pour faire plaisir. Votre fond de commerce c’est vous, alors restez-vous fidèle.

Et si on vous le demande, pour une chronique de livre par exemple, sachez donner un avis honnête, en considérant tout de même que chaque livre a son lecteur, même si vous n’êtes pas séduit. Objectivité, honnêteté et tolérance, oui c’est parfois une dichotomie.

Résultat de recherche d'images pour "gif c'est pas faux"
source

4. Mise en page et corrections tu feras.

Ne poussez pas les hauts cris ! Je sais. A force de relire les articles, on a les yeux qui vrillent et les fautes passent dans une dimension spatio-temporelle qui nous échappe. J’en suis moi-même victime et ce n’est pas faute de relecture acharnée.

Résultat de recherche d'images pour "gif Tardis"
source

Néanmoins, relisez-vous. Toujours. A haute voix même, ça peut aider. Et corrigez-vous. Autant limiter les dégâts autant que possible. Personne n’aime avoir les yeux qui saignent, même devant le meilleur article du monde dans lequel vous avez mis vos tripes et votre âme.

De même, utilisez des titres et des sous-titres pour rythmer votre propos. Cela permet à votre lecteur de souffler et donne une présentation aérée qui donne envie de lire.

De la même façon, le design de votre blog doit être intuitif. Comprenez par là qu’on doit pouvoir trouver ce qu’on veut sans chercher, que passer d’un article à l’autre doit être évident et que les articles les plus récents ou intéressants doivent être sous le pif de votre lecteur.
Pour schématiser : un chat doit pouvoir y retrouver ses petits et votre grand-mère, qui ne connaît rien à Internet, l’article très intéressant du mois dernier.

Au passage, petites règles complémentaires de base :

  • les sources de tes images tu mettras,
  • le copyright tu respecteras,
  • les articles associés et les citations tu linkeras.

Petite information utile pour être sûr d’être lu : il a été estimé qu’un article de blog idéal doit faire entre 1200 et 1600 mots. Soit cinq à sept minutes de lecture maximum pour ne pas perdre l’attention du lecteur. Donc restons concis et concentrés. Pour cela il faut se demander à quelle besoin /problématique/ objectif répond l’article et quels sont les éléments pertinents ? Si vous ne savez pas où vous allez, le lecteur aussi sera vite perdu.

Image associée
source

Régulier tu seras.

Et ce n’est pas du coca. Comprenons-nous bien, vous n’êtes pas obligés d’écrire tous les jours. Même si le contenu nouveau et régulier aide à remonter dans le référencement naturel. Mais si vous décidez de publier, disons deux fois par semaine, il faut essayer de vous y tenir. Pas pour me faire plaisir. Pour votre lecteur.

S’il passe d’un article par semaine, à un par mois, puis à un par jour, par exemple, il lui sera très difficile d’être fidèle. Comprenez : à blogueur régulier, lecteur régulier.

Pour conclure

Je vous ai fait part ici de quelques conclusions personnelles, tirées de la pratique. Je ne prétends pas avoir les clefs du succès, je me tâtonne moi-même encore. Aussi toute réflexion complémentaire en commentaire sera la bienvenue. Mais il semblait que c’était là quelques bases de bon sens que ça ne coûtait rien de partager.

Et vous désirez savoir tout ce que peut recouvrir le blogging et l’image qu’on s’en fait VS la réalité, c’est par ici : Pas de pitié pour les blogueurs !

Geek Inside : tribulations, réflexions & complications

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

10 commentaires Laisser un commentaire

  1. Coucou ma Califette et merci pour ce bel article bien utile!
    De fait, j’y ai trouvé des pistes pour m’améliorer encore et toujours, notamment au niveau des sous-titres, que je n’utilise jamais dans mes articles review ciné par exemple, et pourtant ça serait peut-être pas con. 😉
    Par contre je ne donne jamais la source de mes images que je vais toujours chercher sur Google. Et que faire quand tes gifs sont dans un dossier sur ton PC depuis des mois, comment retrouves-tu la source? Je te pose honnêtement la question, parce que la logistique de ce point-là m’échappe… XD
    Là où j’aimerais plus collaborer avec mes compères (outre les articles communs au GrOG et les What’s your name/Have you met bien sûr), c’est pour le look. J’ai la même bannière depuis des années et elle a été faite par quelqu’un avec qui je n’ai malheureusement plus de contact…et je suis nulle de chez NULLE en Photoshop et autres logiciels de création d’image. Et cette bannière commence à m’énerver… XD
    Bref, merci pour cet article, ça me fait cogiter et c’est bien le but! :* ❤

    Aimé par 1 personne

    • Alors si je peux généralement je mets le nom du site source/auteur dans le nom du fichier en l’enregistrant. Comme ça même si je n’ai pas le lien c’est au moins mentionné. Pour la bannière tu peux demander au Tanuki, qui, contre modeste rétribution financière (c’est son boulot un peu quand même) l’a fait pour d’autres blogueurs comme Charmant Petit Monstre, les Motordus d’Anne-Ju (je crois) et Fan Actuel.

      Aimé par 1 personne

      • Aaaah, d’accord, pas con pour les sources… Je vais tester et voir si je m’y tiens. 😉 Merci ma biche! ❤
        Et pour le Tanuki, quand j'aurais été remboursée de mes impôts, je lui ferai un tit coucou de te part alors! :*

        Aimé par 1 personne

  2. J’applaudis des deux mains. C’est un très bel et judicieux article. Les conseils sont excellents et pertinents. J’avoue les appliquer de manière inconsciente, pour la plupart, mais mis en mots cela devient presque une évidence.

    Ah! les fautes et les relectures… Systématiquement quand je relis mon article le lendemain de la publication, je trouve encore des fautes…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :