The Glass Magician

Résumé.

51ZiJ-BF8QLEditions Amazon Publishing. Parution : mai 2017. Prix : 9.90€

« Trois mois après avoir rendu son cœur au magicien Emery Thanes, Ceony Twill est bien partie pour devenir Plieur. Malheureusement, toutes ses pensées ne sont pas uniquement tournées vers la magie du papier : bien qu’on lui ait prédit une histoire d’amour, Ceony n’a toujours pas réussi à dépasser la barrière étudiant-professeur qui la sépare d’Emery, en dépit de leur intimité grandissante.

Lorsqu’un magicien revanchard est persuadé que Ceony possède un secret, il fait le vœu de le découvrir… même si cela doit compromettre l’essence même de leur magie. Ceony comprend qu’elle devra trouver les vraies limites de ses pouvoirs quand ceux qu’elle aime le plus se retrouvent victimes d’une série d’attaques dirigées contre elle… tout en faisant en sorte que son savoir ne tombe pas entre de mauvaises mains. »

Mon avis.

Ce second tome de la saga The Paper Magician se présentait donc sous les meilleurs hospices : de nouvelles formes de magie, des vilains méchants mystérieux et donc de nouvelles aventures en perspective.

Vu de là, ça partait bien.

Sauf que…

Ses aventures dans le coeur du magicien Thanes ont laissé Ceony bien émotive par rapport au monsieur. Il faut la comprendre cette petite : ce n’est pas tous les jours qu’on arpente le coeur de quelqu’un pour le sauver et qu’on y découvre certains secrets. Seulement, elle en tombe en émoi toutes les quatre pages (Isa la Rousse avait trouvé à ce sujet une formulation plus adaptée mais plus crue dont je vous ferais grâce), rougissant dès qu’il la regarde un peu trop, se troublant dès qu’il l’effleure. C’est mignon.

C’est mignon mais c’est lassant, car le :

 » Elle ne pipa mot, savourant la douce chaleur de ses doigts à travers l’étoffe de sa blouse »

Cela passe une fois. Pas deux. Elle a voyagé dans son coeur tout de même… Je pense que niveau intimité, il y a un cap qui a été franchi.

Clairement, on a affaire à deux handicapés de la relation amoureuse mode Ophélie et Thorn. Excepté que, s’il fallait là pousser la comparaison avec La Passe-Miroir, Thorn (en mode glaçon) on a du mal jusqu’à la fin du tome 2 à cerner ses sentiments donc il est normal qu’Ophélie se pose des questions. Tandis qu’Emery (appelons le par son prénom, vu que Ceony a passé le cap) il a des étoiles dans les yeux dès qu’il la regarde, profite de toutes les occasions pour poser sa main sur son épaule, la consoler. Comment te dire ça ma p’tite ? Arrête de te poser des questions : l’affaire est dans le sac ! Même le pire des handicapés émotionnels, au hasard Sherlock, aurait compris les signaux !

Arrête de le gaver de bouffe pour l’appâter. Sans rire les crêpes aux fraises et à la crème au p’tit déj c’est malsain.  Et avance. Parce-qu’on a passé la moitié du livre et on n’est pas encore au coeur de l’action. Tu as déjà manqué de mourir tragiquement trois fois, ce serait bien de s’occuper des méchants, une bonne fois.

Si vous continuez de vous regarder dans le blanc des yeux en rougissant, l’un de vous va finir par décéder des suites de son trépas, et ce ne sera peut-être pas la faute d’un Exciseur

Le mieux c’est qu’elle est lucide la donzelle, ainsi que le notait le Charmant Petit Monstre, elle s’en fait elle-même la remarque.

« Elle perdait son temps à se morfondre comme une midinette amoureuse »

Vous l’aurez compris, la tension romantique prend un peu le pas sur l’action et ça m’a un peu sapé le plaisir. Ceci étant dit, ils sont mignons quand même et ça reste bien écrit. Même si on hoquette d’impatience deux ou trois fois, on se laisse emporter, la curiosité primant sur les inconvénients.

Ceci dit, j’ai tiqué sur un élément narratif. Dans la dernière partie, d’un chapitre à l’autre, alors qu’elle ne l’a jamais fait avant, l’auteur change de voix narrative. Depuis le premier tome, c’est la voix de Ceony que nous avons suivi, or subitement, en raison des événements, nous nous retrouvons dans les pensées d’Emery. Et là je dis oui mais non. Objectivement, vu son choix narratif de départ, l’auteur ne peut subitement être dans la tête d’Emery. C’est une facilité qui m’a agacée. 

Néanmoins, en dépit de ces quelques défauts, c’est un univers très riche et construit que nous propose Charlie. N. Homlberg et on a plaisir à l’explorer davantage. Centrée dans le tome  1 sur la maison du magicien Thanes, l’apprentissage de la magie du papier et les événements qui se déroulent dans son coeur, cette nouvelle intrigue élargit nos horizons en ouvrant nombre de nouvelles portes. Désormais la menace qui planait sur Ceony et Emery les dépasse pour devenir un enjeu pour tous les magiciens, car les Exciseurs semblent découvert des rituels qui pourraient bien changer la donne dans ce monde de magie. L’occasion pour nous d’en découvrir plus sur les différentes formes de magie qui composent cet univers complexe et de voir Ceony évoluer. Même si globalement, comme Ophélie dans La Passe-Miroir, elle a tendance à attirer les ennuis comme le sucre attire les abeilles. Mais elle en a sous le pied cette petite et elle n’hésite pas à foncer dans le tas, même si ce n’est pas toujours la meilleure solution. Cependant a-t-elle réellement le choix, maintenant que le danger menace également ses proches ? 

D’ailleurs, la magie n’a pas encore fini de révéler tous ses secrets, même pour  le magicien Thanes et Ceony. Ce que cette dernière a découvert au coeur du danger pourrait bien lui ouvrir de nouvelles possibilités.

Bien que moins emballée par ce tome, que par le premier qui fut un coup de coeur, cela fut malgré tout une lecture agréable et divertissante. Peut-être aies-je été très exigeante dans ma critique car ayant énormément apprécié le tome 1, j’attendais beaucoup de ce nouvel opus.

En savoir plus ?

Je vous invite à comparer mon avis à celui de mes comparses de lecture en lisant leurs chroniques :

Par ailleurs, vous pouvez aussi retrouver ma chronique du tome 1 The Paper Magician.

15 commentaires

  1. « Elle ne pipa mot, savourant la douce chaleur de ses doigts à travers l’étoffe de sa blouse » Un auteur ose encore en 2017 écrire ce genre de lieu commun?
    Je suis quand même tentée car le tome 1 semble être plus convainquant… Et puis, on peut pardonner beaucoup quand la magie est en jeu 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Et c’est là que je me rends compte que je n’ai pas fait dans la dentelle du tout avec mon billet. Je dois avoir moins de patience avec l’âge, je sais pas, mais définitivement je peux pas continuer de lire leurs petites aventures.
    J’ai pas osé écrire la comparaison avec Ophélie et Thorn, et j’ai bien eu raison car tu l’as parfaitement exécutée. Je valide tout !

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s