Gangstersland

Résumé.

9782264070586Editions 10/18. Parution : juin 2017  Prix : 8.80€

Consciencieux, professionnel, efficace, Sal Cupertine est un employé modèle et le rêve de ses employeurs. Son job : tueur à gages émérite de la mafia de Chicago. Mais son avenir professionnel s’assombrit brutalement le jour où, perdant son sang-froid, il nettoie clair et sec trois agents du FBI.

Plus question pour lui de rester dans les parages. Officiellement disséqué, carbonisé et dispersé dans une décharge, le voilà expédié illico par la Famille à Las Vegas pour y devenir… rabbin  ! Étrange reconversion pour notre truand qui commence à se dire que les plans de la Mafia sont aussi impénétrables que ceux du Seigneur, en enfilant par la grâce d’une opération de chirurgie esthétique la kippa du rabbin David Cohen.

Mais là où règne La Famille, rien n’est jamais tout à fait propre et notre nouveau rabbin ne va pas mettre longtemps à découvrir que derrière la synagogue, sous la terre du cimetière se cachent de bien vilains secrets.

Qu’importe ! Maintenant que le voilà ressuscité, il est bien décidé à réussir sa nouvelle vie pour pouvoir y rapatrier sa femme et son fils.

Seulement quand on lave le linge sale de la Mafia, le vent peut vite tourner à l’orage. Surtout qu’il y a un homme en ce bas monde qui ne croit pas du tout à la mort de Sal Cupertine : c’est l’agent Jeff Hopper du FBI. Responsable de l’équipe assassinée, il ne se pardonne pas l’erreur qui a conduit Cupertine à les démasquer et il est bien décidé à le ramener d’entre les morts pour le faire payer. Un homme, qu’ironie du sort, Sal Cupertine pense avoir assassiné…

Mon avis.

« Un affranchi. Un club de strip-tease. Un rabbin. Une synagogue. On aurait dit le début d’une histoire drôle. »

Ces quelques mots tirés des pensées de l’agent Jeff Hopper suffit à vous donner le ton de cette histoire délirante mais absolument géniale. Un truand qui échappe à la mort en sautant dans les chaussures d’un rabbin suite à une bavure, voilà de quoi lui donner la foi ? Pas exactement… Car dans la Mafia, on a toujours une façon bien particulière de gérer les affaires, y compris celles de Dieu. Comment vous expliquer avec quel maestria Tod Goldberg mêle ces ingrédients insolites (incongrus ?) pour en tirer un scénario incroyablement bien ficelé ? Et addictif au possible ! Sans compter qu’un rabbin mafieux à Las Vegas, voilà un postulat qui a du chien !

Dès le départ, on est intrigués, accrochés : où est-ce qu’un barouf pareil peut bien nous conduire ? On imagine tout aussi mal notre homme être touché par la grâce divine que l’agent Jeff Hopper lâcher sa trace. La confrontation semble inévitable et c’est jubilatoire.

Sans compter que dans l’ombre, Tod Goldberg déroule d’autres fils qui vous font monter en tension, pire qu’un voltmètre qui se prendrait la foudre. Histoires de famille, trafics en tous genres et grand nettoyage, le rabbin Cohen ne manquera pas d’occasion d’utiliser tous ses talents. Sans oublier cette question insidieuse qui nous taraude : pourquoi la Mafia prendrait-elle tant de soins à mettre en place une solution si élaborée pour un type qui a failli ? Pourquoi se fatiguer à feindre sa mort au lieu de le liquider propre et sec ? Eh oui, tiens, pourquoi ?

En dépit d’un dénouement qui laisse un tantinet sur sa faim, de la couverture (vraiment superbe) jusqu’au dénouement, c’est un coup de coeur 100% polar et mafia.  Tod Goldberg a un talent fou pour jouer du loufoque de la situation, sans pour autant oublier de mettre son lecteur en haleine. Et croyez-moi qu’il va vous falloir avoir le coeur bien accroché pour aller jusqu’au bout des surprises que vous réserve Gangsterland !

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s