Agatha Christie, le chapitre disparu.

Résumé.

61x5LZT0MOLEditions J’ai lu. Parution : mai 2017. Prix : 7.10€

Hiver 1926, Agatha Christie, la Reine du Crime, crée la plus époustouflante de ses intrigues en disparaissant onze jours.  Du 3 au 14 décembre les spéculations vous affoler l’Angleterre. Suicide ? Meurtre ? Kidnapping ? Mise en scène promotionnelle ?

Au terme de ses onze journées, la romancière réapparaîtra sans donner une explication. Personne ne saura jamais ni le pourquoi, ni le comment  de cette disparition. Onze jours effacés de sa vie jusque dans sa biographie. Ce sera le Chapitre Disparu de la vie d’Agatha Christie.

Un chapitre que Brigitte Kernel se fait fort de réécrire à travers ce roman, en se glissant dans la peau de la maîtresse du suspens.

Mon avis.

Il n’est pas de doute qu’en disparaissant comme elle le fît cet hiver-là, Agatha Christie enflamma les imaginations, créant là le plus incroyable des sujets de roman. Un sujet dont Brigitte Kernel s’empare avec maestria en se glissant dans les chaussures de la romancière. Pour se faire, elle reprend précisément le peu d’éléments connus sur cet épisode : la voiture une Morris Cowley abandonnée près de l’étang, l’hôtel où l’on retrouva Agatha Christie, le Swan Hydropathic Hotel de la ville d’Harrogate, le nom d’emprunt choisie par cette dernière et volé à la maîtresse de son mari, sa (prétendue ?) amnésie… Sans oublier l’état d’esprit de la Reine du Crime, très affectée par la perte de sa mère et la demande humiliante de divorce de son époux.

A partir de là, Brigitte Kernel élabore sa toile, imaginant le cheminement de la romancière. A-t-elle voulu se suicider ? Humilier son mari ? Est-ce une vengeance ? Un acte de désespoir ? Tout cela à la fois ? Journée après journée, Brigitte Kernel imagine le cheminement psychologique de cette femme à l’imagination fertile, la seule qui pouvait concevoir une disparition aussi rocambolesque. Oserais-je dire une telle mystification ?

Plongés dans les pensées d’Agatha Christie, nous suivons ses humeurs noires, son chagrin mais aussi sa rancoeur et sa détermination. Derrière la femme de plume qui maîtrise ses intrigues comme personne, on découvre une jeune femme fragilisée et perdue. Tout cela l’a-t-elle conduite au bord de l’abyme de près de l’étang de Silent Pool ? Ou n’est-ce là que le maillon d’un incroyable mise en scène qui se termina onze jours plus tard à Harrogate ?

Avec finesse, Brigitte Kernel brode la toile de ces onze journées perdues, disparues, alternant les voix, mettant même en scène de façon un peu vaudevillesque la réaction de l’époux bafoué dans l’imagination même d’une Agatha Christie savourant sa revanche.

Une épopée pleine d’humour, en forme d’hommage à Agatha Christie, qui joue sur les registres et qui mêle Histoire et enquête, psychologie et fiction jusqu’à obtenir un tableau final des plus convaincants. Un chapitre disparu qui se dévore sans rater une page !

Merci à A Livre Ouvert qui avait attiré mon attention sur ce titre. 

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s