Have you met the camera operator ?

Derrière l’art de la prise de vue et le terme générique de cameraman communément utilisé se cache en réalité une multitude de métiers, dont le camera operator.

Mais question image et caméra, qui fait quoi dans cette fourmilière qu’est un tournage ? C’est ce que nous allons tâcher de démêler un peu aujourd’hui.

Résultat de recherche d'images pour "Gif The game is on"

So Have you met the camera operator ?

Une question de terminologie.

Le terme de camera operator porte à confusion pour les latins que nous sommes, car nous utilisons généralement, nous-même, un anglicisme, celui de caméraman.

En réalité les termes de caméraman ou cadreur désignent exactement la même fonction, mais pour ne pas semer la confusion, nous en utiliseront ici un troisième, qui me paraît plus proche de sa version anglaise et de la fonction elle-même : opérateur de prises de vue.

Comme son nom nous l’indique et ainsi que le spécifie l’Art du Film (voir bibliographie) l’opérateur de prises de vue :

« S’occupe du fonctionnement de la caméra et peut avoir un assistant pour la transporter, faire et conserver le point, pousser un travelling, etc. »

L’Art du Film p.43

De façon générale, il est responsable du cadrage, garant de la qualité de l’image et veille à  la luminosité. Il travaille avec une caméra fixe ou portée dont il maîtrise totalement le maniement et le fonctionnement afin de pouvoir répondre aux demandes du réalisateur et du directeur de la photographie. Mais il n’est pas juste soumis au contraintes, au contraire, il doit posséder un certain sens artistique, une dose de créativité pour être force de proposition sur le cadrage auprès du réalisateur.

Assurant la composition des plans et la qualité de l’image, il fournit la matière première du montage. Certains opérateurs de prises de vue sont spécialisés dans certains types de prises de vue (par exemple aérienne) ou par rapport à certains types de caméra au maniement particulier, comme le Steadicam.

Le Steadicam est « un harnais équipé d’un dispositif d’équilibrage, supportant la caméra et attaché à l’opérateur, qui permet à ce dernier de marcher et de cadrer avec des mouvements réduits, tout en contrôlant l’image sur un moniteur vidéo. Un autre opérateur  s’occupe du point à distance, par radioguidage. »

L’Art du film, p.294

De manière générale, il doit pouvoir s’adapter à tout type de matériel ou de maniement, que le réalisateur préfère une image en mouvement (qu’on ait l’impression que le caméra est dans la foule et marche avec le personnage) ou fixe.

Mais tout cela le fait-il tout seul ?

L’équipe de prise de vue.

La réponse est non, bien évidemment. En premier lieu, selon le type de production (film, documentaire, émission de télévision) il peut y avoir jusqu’à 12 ou 13 opérateurs de prises de vue sur un plateau. Evidemment, ils sont plus nombreux sur un plateau d’émission de télévision où l’image est prise sur le vif et où il faut des yeux partout.

Un opérateur de prise de vue travaille donc au sein de l’équipe de prises de vue qui est chapeautée par un monsieur dont je vous ai déjà parlé : le D.O.P (Director of Photography), autrement appelé (roulement de tambours !) Chef opérateur. C’est lui qui, en étroite collaboration avec le réalisateur, va diriger l’opérateur de prises de vue, pour lui indiquer le plan, le cadrage, le niveau et le type de luminosité, en fonction de l’effet voulu.

[A savoir : après plusieurs années d’expérience, un chef opérateur peut changer de statut pour devenir Chef Opérateur (Directeur de la Photographie).]

Sous la direction du Chef Opérateur (D.O.P) et collaborant avec l’opérateur de prise de vue, on retrouve :

  • Premier assistant opérateur : qui prépare la caméra et le matériel, et assure la mise au point de l’objectif.
  • Le chef machiniste et son équipe qui assurent le transport, le rangement du matériel, accessoires, décors…
  • Le chef électricien et son équipe qui assurent la mise en place des éclairages.

Il faut savoir qu’en parallèle de l’équipe de prise de vue travaille l’équipe de prise de son. Logique ! L’opérateur de prises de vue travaille donc également avec l’ingénieur et/ou l’assistant son qui assure la prise des dialogues.

En bref un bon Opérateur de prises de vue…

… est avant tout un excellent technicien, sachant comment manier son matériel pour obtenir les effets voulus et s’adapter aux différents types de caméra ou de prises de vue.

Il doit également être réactif, créatif, avoir le sens du détail et de la composition et maîtriser à la perfection les notions de cadrage et de luminosité. L’opérateur de prises de vue doit ainsi pouvoir s’adapter à tous types de conditions de tournage (intérieur, extérieur, plateau télévisé), de luminosité (jour, nuit, saison, lumière naturelle) ou de production (films, documentaire, émission de télévision)

Naturellement un sens du travail en équipe est indispensable, de même qu’une bonne condition physique. Oui porter une caméra toute la journée, ça peut être lourd et fatiguant.

Opérateur de prises de vue est donc un métier exigeant, polyvalent mais indispensable à la bonne création d’un film. En dépit des moniteurs de contrôle ou de la précision des caméras numériques, l’Opérateur de prises de vue offre un regard unique sur le plan, la scène, la séquence.

A travers la caméra, il est l’oeil du spectateur avant même que le film ne soit fini. Il a la perception de ce que nous verrons à l’écran, de sorte qu’il peut se permettre d’apporter ses propositions au réalisateur pour affiner ou enrichir la façon de faire passer son propos. Un métier qui dépasse donc la dénomination de caméraman un peu simpliste qu’on lui attribue communément, puisque notre Opérateur de prises de vue est à la fois un technicien hors pair et un artiste dont la caméra est le pinceau. C’est votre regard sur l’écran, tandis que nous ne voyons jamais le sien.

In memory of Mark Milsome 

Camera operator on

Sherlock

Call the Midwife

Game of Thrones

Une merveilleuse histoire du temps

My week with Marilyn

Quantum of Solace

Neverland

and more…

En savoir plus : les sources.

 

3 commentaires

  1. Tiens, dans sa master class à la Cinémathèque, Gus Van Sant avait parlé longuement de Harris Savides, son chef op sur Finding Forrester et Elephant notamment. Vu comme il en parlait, qu’il expliquait se fier beaucoup au regard du chef op pour savoir si la scène tournée était bonne ou pas, j’ai l’impression que dans son cas le chef op’ tenait aussi la caméra (peut-être en fonction de la taille de l’équipe).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s