Have you met … Alban ?

©Empreinte Digitale / Six Pieds sur Terre

Son nom entier est un paradoxe, car son prénom (du latin Albus) à l’antithèse de son nom, signifie blanc, lumineux. Et c’est pour le moins bien trouvé car c’est un acteur qui rayonne à l’écran. Indéniablement, il accroche le regard et attire la sympathie.

Vous connaissez probablement son visage sans le savoir. C’est un acteur discret et tenace qui se fait son trou petit à petit, pour le plus grand plaisir de ceux qui le suivent. Un acteur avec de la gouaille et de la carrure.

Have you met Alban Lenoir ?

Fiche signalétique

Profession: acteur, cascadeur

Né le : 16 décembre 1980

Nationalité : française (Dijon)

Signes distinctifs  : Pinaaage ?

« Je suis Force Mustang et je vais tous vous bourriner vos mères ! »

Pour les fans d’HeroCorp, Alban Lenoir c’est avant tout un cri de ralliement. Un cri du coeur…

J’avoue qu’en vous le vendant comme cela, je ne fais pas dans la dentelle. Rassurez-vous, ce garçon a bien d’autres cordes à son arc. Mais il faut lui reconnaître un don inné pour l’action et la comédie.

Après quelques petits rôles au cinéma et des prestations de cascadeur (Les Brigades du Tigre, Taken) c’est pourtant à la télévision qu’Alban commence à vraiment se faire remarquer du grand public, en partie grâce à la tribu Astier. Apparaissant de façon régulière dans la saison 4 de Kaamelott, il interprète Ferghus, le garde à l’entrée du camp retranché de Lancelot. Se mettant au diapason des personnages de Perceval et Karadoc, malgré l’aspect secondaire de son personnage, il parvient à marquer les esprits par son sens comique quasi naturel.

En parallèle, toujours en 2007, il fait également partie du casting principal de la série Off Prime aux côtés de Virginie Effira.

Mais c’est en 2008 qu’un petit public d’avertis le découvre véritablement dans la série HeroCorp. Une création pour le moins originale qu’il a mitonné avec son ami Simon Astier et sur laquelle il se trouve un autre acolyte : Sébastien Lalanne.

Il y incarne un personnage iconique : Klaus, un super héros qui a décidé d’être l’homme le plus fort du monde, parce-que la télékinésie (son vrai pouvoir) c’est de la triche. Un personnage qui séduit les spectateurs et qui a même droit à sa propre web-série lors de la saison 4 : La voie de Klaus

Assez bourrin en apparence, son personnage se révèle de plus en plus riche et complexe au fil de saisons, permettant à Alban Lenoir de dévoiler progressivement sa palette de jeu.

De 2013 à 2015, on le retrouve dans une autre série tout aussi barrée, la fameuse Lazy Company. Dans les bottes du malchanceux mais courageux Sergent Chester, Alban continue de faire des étincelles dans un registre qu’il maîtrise à merveille.

Créée par Samuel Bodin et  Alexandre Philip, cette série séduit par son cadre de narration insolite et son univers à l’humour déjanté, bourré de références cinéphiles ou tirées de la culture pop.

En parallèle, Alban Lenoir continue patiemment de faire son chemin au cinéma avec des rôles de plus en plus conséquents. Il tourne notamment dans la suite de Brice de Nice et surtout dans Antigang, film d’action drôle et musclé, aux côtés de Jean Reno. Il y retrouve d’ailleurs Sébastien Lalanne, qui a déjà fait un coucou en Goebbels dans la Lazy Company.  Pas le scénario du siècle, mais un bon divertissement où il assure le service avec aisance.

Un Français : Le Noir d’Alban

C’est en 2015 que le film Un Français va donner à Alban Lenoir l’opportunité d’être pris au sérieux par la profession, en donnant toute la mesure de son talent d’acteur. Dans ce film de Diastème, il incarne Marco, un néo-nazi qui s’engage progressivement sur la voie de la rédemption.

En dépit des risques, l’acteur s’investit à 200% dans le film et fait mouche. Sa prestation est saluée par la critique et s’il manque la nomination aux Césars pour lesquels il était pressenti, il est malgré tout nommé comme Révélation masculine de l’année par Les Lumières de la presse étrangère.

Dur, brutal, polémique, le film voit sa distribution menacée et Alban comme Diastème reçoivent des menaces. Heureusement, une fois encore, les fan d’Hero Corp veillent au grain et relayent l’information de la sortie, publiée sur le compte twitter de l’acteur, pour contrer le manque de salles. Mais le film souffrira malgré tout de la frilosité des distributeurs.

Pourtant cela lui permet de s’ouvrir de nouvelles portes, de s’illustrer avec brio dans un registre radicalement différent. Le public comme la critique découvre une nouvelle facette de l’acteur, moins légère mais tout aussi brillante.

C’est ainsi qu’en 2017, on le retrouve à l’affiche du Semeur, à l’atmosphère très particulière, et surtout en 2018 de Gueule d’Ange qui fait son entrée au Festival de Cannes.

De l’ombre à la lumière, du noir au blanc, de la comédie au drame, de la télévision au cinéma, d’une apparition à l’autre, Alban Lenoir trace un chemin qui devient lumineux. Peu à peu, l’acteur se révèle toujours plus charismatique, toujours plus riche, toujours plus humain, et on n’a qu’une envie : savoir où il va nous mener pour nous surprendre encore.